DécouverteEnvies d’ailleursNos rencontresSlider Accueil

A lire avant votre prochaine visite dans un musée d’art

Un article de Ariel Thilenius du blog mypinkdocs.com

Est-ce que l’art vous rend nerveux ? Est-ce que, lorsque vous sortez du musée, vous vous demandez Quelle m&*#! je viens encore de voir? Rejoignez le club !

Même pour les plus expérimentés, l’art peut paraître déroutant, intimidant ou même inutile sorti de son contexte. C’est pourquoi je suis là pour vous donner quelques astuces pour braver les Botticelli et maîtriser les Modernistes lors de votre prochaine visite au musée. Ne me remerciez pas… !

Prenez ce billet comme une version rapide de ce cours d’histoire de l’art que vous avez suivi à l’université… moins la gueule de bois qui vous empêchait d’y prêter attention.

Où dois-je regarder ?

Quand vous entrez dans une exposition, prenez un moment pour observer la salle. Y a-t-il un ordre à suivre? Les œuvres sont-elles agencées de façon chronologique, ou censées déclencher telle émotion à tel moment…? Les conservateurs (ceux qui sélectionnent les œuvres de l’expo) ont presque toujours pensé la façon dont le visiteur doit voir la pièce, alors prenez une minute avant de commencer pour comprendre l’idée générale.

Qu’est ce que je regarde ?

Décomposer ce que vous voyez est la première étape pour comprendre. Est-ce une peinture ou une gravure ? Est-ce une sculpture ? Ou est-ce que c’est seulement une banane qui ressemble à un pénis ? Quels matériaux ont été utilisés ? Derrière le choix de la méthode se cache toujours une intention de l’artiste.

Dans presque tous les musées, des petits panneaux disposés à côté de chaque œuvre précisent les matériaux utilisés et le lieu de fabrication. Cela participe à créer une histoire à propos de l’art : dans le cas de Warhol, chaque objet – bananes, fleurs, canettes de soupe Campbell – l’a inspiré pour recréer son image dans de multiples versions colorées. Bien que Warhol soit un illustrateur accompli, la reproduction en masse de ces objets requiert une méthode bien différente que celle de la peinture ou du dessin. Warhol s’est tourné vers un procédé appelé la sérigraphie pour permettre une réplique plus précise de ses images.

Alors en quoi cela est cool ? Je laisse la parole à Warhol pour répondre : « la vie n’est-elle pas une série d’images qui changent en se répétant ? »

 

Pourquoi c’est important ?

En tant qu’amatrice d’art moderne, l’une des critiques que j’entends le plus souvent est : « j’aurais pu le faire moi-même ». Oui, mais vous ne l’avez pas fait ! Et c’est souvent le cas avec des œuvres modernes ou abstraites : elles sont cools parce que personne à ce moment là ne pensait faire quelque chose de ce style, avec ces matières ou sur ce sujet. (conseil de pro, si vous êtes complètement paumé, froncez simplement les yeux et dîtes « wow, personne ne l’a fait avant [NOM DE L’ARTISTE] ». Je vous en prie).

Si vous êtes un fan d’histoire, vous serez servi dans un musée d’art. L’art capture l’esprit de son temps tout en défiant les « normes » de l’époque. Le travail de Warhol en est un parfait exemple – fidèle à l’obsession de l’Amérique pour les célébrités de la moitié du XXe siècle, ses choix de sujets n’en sont pas moins incroyablement intentionnels : la célèbre photo de Marilyn Monroe (ci-dessous) a été créée après son suicide en 1962. Ru Paul et d’autres drag queens apparaissent dans une pièce de 1975 appelée Ladies and Gentlemen, véritable étendard de la fascination de Warhol pour la culture underground LGBTQ (Warhol était en plus un homosexuel à une époque où la sexualité n’était pas un sujet dont on parlait en société). Véridique.

Si vous pouvez reliez un aspect historique à une œuvre, vous pourrez plus facilement comprendre l’objectif de l’artiste ; cela vous permettra de l’appréhender avec un sens nouveau.

Vous avez le droit de ne pas aimer

L’art est subjectif.

Je sais que vous l’avez déjà entendu, mais laissez moi vous le redire. L’art est subjectif. On a le droit de regarder une œuvre, d’observer la matière, de réfléchir à l’époque, et ainsi de suite, et de malgré ça dire « non, ce n’est pas ma tasse de thé ». Avoir une opinion ne fait pas de vous quelqu’un de moins cultivé. Mais soyez préparé à expliquer pourquoi vous pensez que les films de Trecartin sont de la daube. Est-ce que les couleurs vous écorchent l’œil ? Est-ce le message qui vous gêne ? Quand je n’aime pas quelque chose, ça m’aide de l’exprimer – je me suis même retrouvée à changer diamétralement d’opinion après une réflexion plus poussée sur l’artiste ou son œuvre !

Enfin une petite chose, et non des moindres :

Ne touchez pas aux œuvres bordel

Je n’oublierai jamais le jour où j’ai emmené quelqu’un de spécial – appelons là Maman* – dans un musée qui présentait une œuvre monumentale de Jackson Pollock. J’ai relâché mon attention pendant un court instant et à la seconde où je me retournai elle se faisait reprendre par un gars de la sécurité pour avoir TOUCHÉ le Pollock !!! Son excuse ? « Je voulais juste voir ce que ça fait ». Alors je vous le dis tout de suite, cette excuse ne tiendra pas la route dans un tribunal. Si vous ne devez retenir qu’une chose de ce billet, souvenez-vous de ça : ne touchez jamais, JAMAIS, les œuvres d’art.

*les noms ont été substitués pour protéger l’incroyable coupable.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui les amis. J’espère que vous avez aimé cette petite leçon sur l’art et que vous sentez prêt à affronter les musées dans vos prochaines pérégrinations citadines. Et si vous êtes à Atlanta, ne ratez pas le High Museum of Art pour en savoir plus sur Warhol !

Toutes les photos de ce post ont été prises au High Museum of Art pendant l’exposition Andy Warhol : Prints (à voir jusqu’au 3 septembre). Elles sont la propriété exclusive de l’auteur (Ariel de mypinkdocs.com).

Leave a Response

For museum exhibitions and visitor reviews

culturaliv.com